Interviews de dirigeants

200 000 visiteurs par mois : le succès web d’AfflelouStore

En moins d’un an, AfflelouStore devient le site de e-commerce optique le plus visité d’Europe. Frédéric Poux, le Président du directoire d’Alain Afflelou, ne compte pas en rester là.

Le e-commerce au service des franchisés

Le grand challenge d’Alain Afflelou sur le web ? Ne pas opposer e-commerce et franchisés. « Nous sommes un franchiseur : notre expertise n’est pas le « savoir-faire » mais le « savoir-faire faire ». Nous en avons tenu compte pour imaginer le e-commerce de demain » indique Frédéric Poux. L’innovation étant une valeur forte défendue par le groupe, « ne pas être sur Internet était impossible ».

Pas question toutefois de créer un site Internet qui viendrait concurrencer les boutiques Alain Afflelou. La solution retenue combine « le meilleur des deux mondes ». Sur AfflelouStore, l’internaute peut essayer des lunettes et faire son choix, mais au moment de régler, il doit choisir un « magasin référent », qui facturera la vente et assurera le service après-vente. Le site web AfflelouStore est donc, pour les franchisés, un moyen d’acquérir de nouveaux clients. « Grâce au site, les franchisés peuvent faire des ventes 365 jours par an 7 jours sur 7. »

Si le business Internet reste très faible dans l’optique – le e-commerce représente 1% des ventes du réseau Alain Afflelou -, les internautes passent en moyenne 40 minutes à essayer des lunettes sur AfflelouStore. « Plus qu’un site marchand, il s’agit d’un site de pré-vente où l’on peut s’informer de chez soi. » Une fois la décision prise, la plupart des consommateurs se rendent en magasin pour acheter leur paire. « Ceux qui déclaraient la fin des boutiques à cause d’Internet se sont trompés. Pour nous, ça n’est pas antinomique : Internet ne peut fonctionner sans les magasins. »

Réalité augmentée et application mobile « Shazam pour les lunettes »

« Nous avons été les derniers à lancer notre site, parce que nous voulions proposer une expérience vraiment différenciante que nous avons mis du temps à élaborer. Il existait déjà des applications photo ou vidéo pour essayer des lunettes. Avec la réalité augmentée, nous avons franchi une étape de plus. » Pour trouver le bon partenaire, l’équipe a fait le tour du monde. Europe, Corée, Etats-Unis… c’est à Los Angeles que Frédéric Poux rencontre DITTO. La start-up américaine accepte de prêter sa technologie à l’opticien français. « Ils ne l’avaient jusque-là jamais proposée à des tiers. »

Après la première version du site lancée en juin, une V2 est attendue pour janvier, « avec un nouveau lot d’innovations ». Au programme : une application mobile qui permettra de « shazamer » des lunettes à partir d’un catalogue, d’un magazine, ou d’une paire portée par un passant. « Nous travaillons depuis des années sur un algorithme de reconnaissance d’images relié à notre catalogue produits. Aujourd’hui, l’algorithme met trente secondes pour reconnaitre la paire de lunettes présentée. Notre objectif est de passer sous les dix secondes. » Avec cette application inédite, Frédéric Poux entend bien faciliter la vie des porteurs de lunettes, qui pourront « trouver la bonne paire, l’essayer, demander l’avis de leurs amis sur les réseaux sociaux et bénéficier du confort d’un magasin référent près de chez eux ».

Le retail de demain : « un retail qui a une mission »

Pour le Président du directoire d’Alain Afflelou, le retail de demain est un « retail qui a une mission ». « Nous nous efforçons d’apporter une vraie valeur ajoutée à nos clients. Notre créativité ne vient que de l’écoute des porteurs de lunettes ». Un exemple : la collection Tonic d’Alain Afflelou, réalisée à partir d’un matériau ultra léger issu de la recherche spatiale. Le poids de ces lunettes spéciales portées par Sharon Stone ? 12 grammes. « Les consommateurs nous avaient dit que leur premier critère de choix était la légèreté des lunettes. »

En mettant les désirs de ses clients au premier plan, Frédéric Poux espère transformer un achat pas particulièrement plaisant en un « achat plaisir ». « Changer ses lunettes représente une dépense importante qui tombe toujours mal. Notre démarche est de faire évoluer les mentalités et les habitudes de consommation. » C’est l’objectif de l’offre Win-Win qui propose deux paires de lunettes garanties à vie moyennant un abonnement mensuel de 11,90 euros pendant 24 mois. Une logique proche de celle de la téléphonie mobile. « Nous avons pris l’habitude de payer un forfait qui permet de changer régulièrement de téléphone – pourquoi ne pas faire pareil avec nos lunettes ? »