Interviews de dirigeants

Build-ups : TEXA s’achète de nouveaux métiers

En rachetant Eurisk  à compter du 1er octobre, TEXA passe à la vitesse supérieure dans le marché français de l’expertise et des services dans l’assurance. Cette opération vient confirmer la stratégie de diversification du Groupe entamée en 2009. Pierre-Antoine Lagé, Président du directoire, revient avec nous sur la stratégie de croissance externe de TEXA.

 « Nous voulons devenir leader des prestataires de services en assurances »

TEXA est fondé en 1987 de la fusion de six prestataires en assurances. Progressivement, le Groupe structure son offre autour de quatre pôles : les sinistres aux particuliers, l’expertise technique, l’expertise agricole et la réparation après-sinistre. « Nous avions jusqu’en 2009 une politique de rachats de petites sociétés couplée à un développement endogène. Nous avons ensuite décidé d’accélérer l’élargissement de notre offre pour devenir le leader des prestataires de services en assurances ».

Pour diversifier son offre sur un marché des assurances en consolidation, TEXA rachète donc Allodiagnostic en 2009. C’est sa première acquisition d’une entreprise exerçant un métier qu’il ne connaît pas : l’assurance-immobilier. Quatre ans après, en 2013, le Groupe continue sur sa lancée en acquérant le réseau d’expertise en construction CLE. Ce dernier lui ouvre les portes d’une cinquième activité : l’expertise-construction. Activité qui se voit renforcée par le rachat d’Eurisk il y a quelques jours.

« Pour que ces opérations réussissent, il faut qu’il y ait des synergies »

Pour Pierre-Antoine, le principal défi posé par les builds-ups est de créer de la valeur. « Par exemple dans le rachat de CLE, bien que nous ayons peu de compétences dans ce domaine, nous apportions un réel savoir-faire commercial et des contacts à haut niveau chez les clients. » Dans le service, la croissance externe consiste à acheter un fonds de commerce, mais aussi à intégrer des compétences, ou experts, qu’il convient de garder et d’impliquer. Le Président se souvient que composer avec les cultures d’entreprises n’est pas toujours évident. « La culture d’entreprise de CLE était par exemple très forte, avec une équipe soudée autour de son patron fondateur. Nous avons cherché les synergies de développement plutôt que la déclinaison abrupte  des procédures du groupe ».

Pierre-Antoine insiste également sur le volet communication. « La communication est primordiale quand on fait de la croissance externe. Nous communiquons très en amont pour préparer le terrain et éviter l’effet anxiogène d’une telle opération. En aval, nous essayons de rassurer le personnel, lors de séminaires ou grâce à l’intranet, sur notre stratégie ».

Pour emporter l’adhésion des équipes, TEXA mise aussi sur l’intégration du management dans le groupe. Pour Pierre-Antoine, ces actions d’après-intégration doivent être pilotées en mode projet : « il faut créer toutes les conditions favorables à l’intégration, avec un plan bien structuré ».

« Le rôle d’Apax dans le rachat d’Eurisk a été crucial » 

Entré au capital de TEXA en 2012, Apax Partners accompagne TEXA dans ses opérations de croissance externe. « Si nous avons géré nos deux premières acquisitions de manière plutôt autonome, le rôle d’Apax dans le rachat d’Eurisk a été crucial ». Plus qu’un investisseur financier, Apax Partners est  venu apporter à TEXA son expérience dans le montage et la négociation du deal. « Apax nous donne les moyens d’effectuer les investissement nécessaires pour atteindre nos objectifs ».

« Les résultats nous poussent à continuer notre croissance externe »

« Les résultats nous poussent à continuer notre croissance externe ». Pierre-Antoine prend en exemple le secteur de l’assurance-construction : « sur ce métier entièrement nouveau, nous sommes devenus leaders en moins de deux ans, avec 30% du marché français ». Après l’acquisition d’Eurisk, le chiffre d’affaires du Groupe est passé de 125 à 180 millions d’euros.  « Notre objectif est de devenir leader par la taille, la qualité de service et l’innovation. Nous continuerons notre stratégie de croissance externe en ce sens », conclut Pierre-Antoine, laissant entendre qu’un prochain build-up se prépare dans le secteur de la réparation en nature.