La valeur ajoutée d'Apax Partners

"Le dirigeant doit s’appuyer sur un actionnaire qui connait son industrie au niveau mondial"

Le CEO d’Apax Partners, Eddie Misrahi, nous explique comment Apax Partners aide les dirigeants à faire de leurs entreprises des PME de taille mondiale.

Si le discret CEO d’Apax Partners, Eddie Misrahi, a souhaité consacrer ce premier numéro d’Apax Talks à l’international, c’est parce que l’international est aujourd’hui « l’une des priorités des dirigeants ». Mais aussi parce que c’est un axe de développement qui nécessite souvent de se faire accompagner par un actionnaire : « Apax Partners a accompagné le développement à l’international de plus de 200 PME et ETI » témoigne-t-il.

Dans les bureaux de la rue Paul Cézanne où Apax Partners a récemment pris ses quartiers, Eddie Misrahi écoute et partage les réflexions des entrepreneurs qui le consultent quotidiennement. « Pour de nombreuses ETI, les vraies perspectives de croissance sont hors de France » confie-t-il. « On le voit bien dans notre portefeuille, avec des entreprises comme Altran, Amplitude, Vocalcom, Europe Snacks ou le Groupe INSEEC, qui se développent activement à l’étranger ».

Aller à l’international, oui… mais avec qui ? Eddie Misrahi résume sa stratégie : « Nous avons fait le choix de ne pas être généraliste, afin de prouver aux dirigeants que nous connaissons bien leur secteur. Nous pensons que nous pouvons leur apporter beaucoup plus que de de l’argent ». Et de préciser : « depuis trente ans qu’Apax Partners investit dans la Santé, la Distribution, les TMT et les Services, nous avons créé un réseau avec les meilleurs intermédiaires dans chaque secteur. Nous sommes nous-mêmes à la fois consultants, banque d’affaires, caisse de résonnance et quelqu’un avec qui le dirigeant peut échanger sur ses axes de développement ».

Autant de casquettes que l’on retrouve dans le parcours d’Eddie Misrahi (Harvard, ex-McKinsey & Company) et des Associés d’Apax Partners. A commencer par Bruno Candelier (ex-McKinsey & Company), Gilles Rigal (ex-BMC Software) et Bertrand Pivin (Harvard, ex-Alcatel), qui ont participé à ce premier numéro et cumulent 30 ans de vie professionnelle à l’étranger, de l’Allemagne aux Etats-Unis en passant par l’Afrique du Sud et le Moyen-Orient.

Pour porter un projet de croissance à l’international, Eddie Misrahi en est convaincu, le dirigeant doit s’appuyer sur un actionnaire qui connaît son industrie au niveau mondial. « Un pur financier ne l’aidera pas à réaliser tout le potentiel de valeur de son entreprise ». Prenant l’exemple du succès d’Arkadin, le CEO rappelle que l’international est l’un des leviers de valorisation d’une entreprise à la cession : « quand nous sommes devenus actionnaires d’Arkadin, elle était présente dans trois pays. Quand nous l’avons cédée, ce n’était plus une petite entreprise française, mais une ETI de taille mondiale déployée dans plus de vingt pays ».

Sur quels critères Apax Partners sélectionne-t-il les PME et ETI qu’il accompagnera à l’étranger ? Eddie Misrahi en donne trois : « D’abord, la question essentielle : leur offre est-elle compétitive hors de France ? Quel est le degré d’adaptation du produit qui doit être fait pour réussir à l’étranger ? Enfin, l’équipe de direction est-elle prête à mener un projet international ? ».

Trio gagnant, puisque le fonds d’investissement s’est vu décerner le Prix 2014 du « Best French Mid & Upper Mid LBO Fund », qui récompense une création de valeur sur le long terme. L’international ne récoltera pas tous les lauriers : « l’international est un axe de performance parmi d’autres, que sont notamment la transformation numérique et les stratégies de build-up » tempère Eddie Misrahi. Nul doute que nous les retrouverons bientôt dans Apax Talks !